mardi 19 janvier 2016

Un défi moderne

Depuis quelques temps, on voit fleurir de plus en plus de blogs ayant pour sujet le minimalisme, le « zéro déchet », l’écologie en général. Et je trouve ça très bien. Je souhaite ajouter ma pierre à l’édifice car pour comme beaucoup, ces démarches sont souvent difficiles et longues. J’espère donc échanger à travers ce journal, trouver de la motivation grâce aux autres blogueurs et pourquoi pas en inspirer moi-même…

Mes articles seront sans doute variés dans leurs sujets, leurs approches et dans leurs formes mais la ligne conductrice reste la même : comment agir de manière responsable pour le bien être de la planète et de ses habitants. A partir d’aujourd’hui, je m’engage (solennellement) à être extrêmement vigilante en ce qui concerne mes gestes du quotidien ! 

Je ne pars pas de zéro : je mange bio à 85 % environ, j’achète beaucoup aux producteurs locaux, je me chauffe au bois, j’essaye de ne pas produire trop de déchets (mais c’est encore beaucoup trop), je ne consomme pas trop (éléctro-ménager, produits culturels, vêtements…) et je privilégie (presque) toujours le « bonne-qualité-cher-local-et-durable » plutôt que le « tout-pourri-chinois-qui-casse-au-bout-de-2-jours ». Par contre, j’ai une (grosse) voiture, et mon mari une petite. Nous vivons en pleine campagne et ce serait vraiment très compliqué sans. Je n’ai pas de solution de rechange pour l’instant et même si nous co-voiturons avec les voisins ou les amis dès que possible (surtout pour les déplacements des enfants), et même si je limite les déplacements au maximum, ce mode de transport est extrêmement polluant. C’est notamment pourquoi je ressens le besoin de faire des efforts particuliers dans les autres domaines. 

Cette année, j’ai décidé de me concentrer particulièrement sur les déchets. Je sais, c’est un peu la nouvelle mode le « zéro déchet », mais moi, les modes comme ça, je suis heureuse de les suivre. En plus, c’est plus facile à gérer, à assumer quand tout le monde s’y met !

Le déclic m’est venu quand j’ai vu quelques photos dans le genre sur le net.



Oui, bien sûr, on sait bien que nos déchets vont quelque part, mais très honnêtement, quand on jette sa barquette de plat tout prêt à la poubelle, on n’y pense pas. Enfin ça c’était avant. Maintenant, j’y pense. En fait, chaque petit bout de plastique jeté par mes soins me remplit d’un profond malaise. Ma famille jette environ une poubelle de 20 litres chaque jour. Je parle ici de déchets purs et durs, pas de recyclables. Ce n’est pas tant que ça j’imagine par rapport à d’autres familles. Je ne sais pas si j’arriverais un jour aux performances de Béa Johnson, mais je veux progresser. 

Il est donc temps que je prenne le taureau par les cornes et je vous propose de suivre mon cheminement ici. Merci de m’aider dans ma démarche avec des commentaires pleins d'encouragements, d’idées, de solutions… Et si vous décidez de vous joindre à moi dans ce nouveau défi que nous offre notre monde moderne, je serai ravie de vous soutenir également !!

2 commentaires:

  1. Bienvenue dans le monde zéro déchets , tu verra au bouts d'un moment le malaise du déchets s'atténue un peu .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de me réconforter La bulle daria ! Je pense que le malaise s’atténuera un peu quand je serais passer à 20 litres par semaine…

      Supprimer